Merci aux donateurs – Points sur les dons reçus au 31 décembre 2019

Chers amis,

Je vous fais le point au 31 décembre 2019 et vous renvoie au courrier de 2017 pour comprendre comment je me suis engagé dans les soutiens ci-après, notamment grâce à votre soutien. J’ajoute à ce courrier mes coordonnées bancaires pour ceux qui veulent faire un virement. Télécharger mon relevé d’identité bancaire (RIB). Un immense merci à tous.

Vous trouverez, au bas de ce courrier, celui de 2018 qui renvoie aux courriers précédents

Mozambique

L’année 2019 a été très difficile au Mozambique, notamment avec le cyclone qui a détruit en bonne partie la maison. Mais Mertina a eu sa maîtrise de droit, et, même si nous arrêtions notre aide, tout ce qui a été investi pour ses études ne sera pas perdu. Par contre, elle n’a pas pu avoir encore d’emploi correspondant à sa nouvelle qualification et a toujours le même salaire, quand il est versé. Le plus vieux des 3 enfants encore vivants qu’elle a adoptés doit terminer sa formation  en avril et est attendu pour un emploi dans une autre ville. Il ne sera donc plus à charge. Francisco, l’aîné de ses deux enfants est en attente de ses résultats du bac et cherche à s’inscrire en faculté. Tous les autres vont bien et passent dans l’année supérieure. Je ne raconte pas toutes les autres péripéties assez inimaginables. 14 141 € cette année… J’espère que les dépenses se stabiliseront entre 6 et 8 000 € en 2020.

Les 7 jeunes en formation pour être sœurs du Prado… plus que 6 et plus que 3 à charge… 3 sont postulantes

Nirina qui était très brillante à tous points de vue et était en terminale a eu un kyste au cerveau. Le temps qu’un diagnostic clair soit posé et qu’elle soit opérée, les nerfs optiques avaient souffert. Elle est aveugle et a dû retourner chez elle…

3 sont entrées au Postulat des soeurs du Prado et vont bien. C’était impossible sans cette aide sur plusieurs années. Elles sont rentrées avec un niveau de 3ème mais sans réussir le BEPC. Elles ne sont plus à notre charge. Il en reste 3 qui étudient en 1ère et terminale et vont bien. La prise en charge sera de 2000 € l’an prochain contre 3115 € cette année.

Ainah à Antananarivo + Narovana et son enfant

Ainah, jeune professeur abandonnée de tous, tuberculeuse, est toujours en vie, malgré de multiples péripéties. Elle a une chambre qu’elle partage avec une jeune maman et son enfant qui la soigne. Apparemment, elle n’est plus contagieuse, mais reste faible. Je passe aussi sur toutes les péripéties, dont les récentes inondations qui ont envahi sa chambre et tout détruit. Ce sont donc 3 personnes qui sont à charge pour que Ainah puisse vivre. J’espère qu’elle va arriver à stabiliser les dépenses à 104,90 € par mois (1 258 € par an pour 3 personnes tout compris…) mais en 2019, je lui ai envoyé 2 498 € (208 € par mois). Elle garde le moral, et, qui sait, puisqu’elle trompe la mort sans cesse, elle pourrait retrouver des forces et se remettre à travailler comme institutrice un jour. J’espère ne pas dépasser 1 600 €

Autre personne à Befeta + sa maman et son enfant

Je ne peux pas donner tous les détails des misères qu’elle rencontre. Je pensais qu’elle arriverait à trouver une autonomie. J’ai dû aider un peu. J’espère stabiliser à 629,40 €

7 jeunes Ainah
+2
Befeta Mozambique total donné dons reçus Bruno
2016 3 650 0 0 17 382 21032 6 462 -14570
2017 3 912 3 875 672 18 323 26783 3 817 -22966
2018 3 068 1 676 514 12 202 17 461 6003 -11 457
2019 3115 2498 734 14 141 20488 12187 -8 301

Pour faire parvenir les dons :

En faisant un chèque à l’ordre de « Bruno Cadart »

en l’adressant à

Père Bruno Cadart,
Paroisse Saint Jean XXIII
9, rue Rabelais,
94430 Chennevières-sur-Marne
07 83 59 91 67

Un très grand merci aux donateurs !

Vous avez été 27 donateurs. Certains l’ont fait parce qu’ils connaissaient les actions évoquées ci-dessus. D’autres ont fait des dons parce que je suis prêtre. Grâce à vous, j’ai pu ne pas abandonner ces personnes et plusieurs ont franchi des caps importants. Tous ceux que j’aide vous remercient et prient pour vous. Pour ceux qui s’inquiétaient, vous voyez que l’argent que vous m’avez donné a été intégralement redonné.

Il y a des dons qui n’apparaissent pas ici: le frigidaire magique qui se remplit tout seul et qui fait que je suis pratiquement nourri… les autres dons en nature. Immense merci à vous, vous ne savez pas combien cela me touche.

Normalement, le niveau de l’argent que je verserai l’an prochain devrait baisser… J’espère arriver à limiter à 10 à 12 000 € en 2020. Sauf miracle, je ne recevrai pas, non plus, un don exceptionnel de 5 000 € comme en 2019.

Année 2018

Je vous fais le point au 31 décembre 2018 et vous renvoie au courrier de l’année dernière pour comprendre comment je me suis engagé dans les soutiens ci-après, notamment grâce à votre soutien. J’ajoute à ce courrier mes coordonnées bancaires pour ceux qui veulent faire un virement. Télécharger mon relevé d’identité bancaire (RIB)

Les 7 jeunes en formation pour être sœurs du Prado

Au départ, j’ai aidé 12 jeunes qui étaient de la paroisse de Befeta (cf. présentation dans courriers précédents). 9 ont quitté Befeta pour aller étudier à proximité de chez les sœurs. 2 ont arrêté cette année pour problèmes familiaux ou de santé. J’ai repris un peu d’aide pour une qui était restée à Befeta et n’arrivait pas à nourrir sa mère et l’enfant qu’elle a eu depuis, abandonnée par son mari et par ses frères (Marie). Je lui donne un coup de pouce de 104,90 € / 2 mois.

Les 7 qui sont avec les sœurs continuent à les émerveiller :

  • Nirina qui n’avait jamais redoublé jusque là a loupé son bac et recommence sa terminale. Elle est rejointe par Viviane.
  • Marie-Thérèse, Philippine ont eu leur BEPC du premier coup et entrent en 2nde
  • Françoise a eu son BEPC au 4ème coup et est à Tananarive avec Marie-Solange et Marie-Claire où elles suivent une formation professionnelle pour être formatrice en agriculture.

Mozambique

Je vous avais énuméré les mille difficultés rencontrées par Mertina, cette maman qui étudie le droit en cours du soir, que j’ai aidée à ne pas se retrouver à la rue et qui a pris en charge 5 enfants en plus des deux à elle. En 2017, elle a eu de multiples problèmes de santé et accident, agressions, tout en réussissant à arriver 10ème sur 160 aux examens de droit.

L’année 2018 a encore été difficile. Le salaire des fonctionnaires n’est plus versé depuis mai 2018 et les gens continuent à travailler. IsaIas, le jeune qui avait eu un 1er accident a dû être opéré du genou car il n’arrivait plus à marcher. A peine rétabli, il a été tué par un camion. Sa famille, qui l’avait totalement abandonné a fait un procès à Mertina qu’elle a gagné parce qu’elle prenait soin de cet enfant sans qu’il y ait eu un acte officiel.

Mertina a déposé 3 fois son mémoire de fin d’études qui était systématiquement refusé sans qu’on ne comprenne pourquoi. Ses collègues lui ont dit qu’elles avaient eu leur mémoire accepté quand elles ont versé l’équivalent de 8 mois de salaire… qu’elle a fini par verser et son mémoire a été accepté… Elle a été agressée une nouvelle fois.

Malgré cela, sa situation se stabilise. Sa santé est bonne depuis qu’elle a été opérée en 2017. Les 6 enfants qui restent ont réussi leurs examens et passent en classe supérieure. Ils partagent l’Évangile ensemble. Normalement, Mertina sera diplômée en mai. L’entreprise où elle a fait un stage lui proposait un travail avec un salaire 6 fois supérieur mais il fallait aller à Maputo, la capitale, laisser derrière la maison construite, trouver des prix bien plus chers. Mais cela laisse espérer une amélioration même en restant à Beira.

L’an prochain, il n’y aura plus de frais de scolarité. Déjà, malgré toutes les galères, les dépenses ont beaucoup diminué. On peut espérer arriver à une aide de 6 à 8 000 € qui permette de continuer à sauver ces 6 enfants et Mertina qui étaient à la rue.

Dernières nouvelles (31 mars 2019): le premier trimestre a été catastrophique avec 3 attaques de voleurs en un mois puis le cyclone. Cela m’amène à lancer un appel à donateurs plus large sur facebook pour une somme de 6 000 € nécessaire pour réparer la maison très abîmée, remplacer tout ce qui a été détruit et renforcer les systèmes de sécurité. Merci d’avance.

Ainah (Antananarivo)

Je vous racontais son histoire et son état tuberculeux catastrophique après avoir guéri de la peste. La femme protestante qui l’avait accueillie a contracté la tuberculose ainsi que son enfant et ils sont morts.

Après des semaines où il semblait qu’Ainah allait mourir, où elle payait quelqu’un pour prendre soin d’elle qui ne pouvait plus se lever, elle va beaucoup mieux, sans être guérie, mais elle n’a plus besoin d’aide pour faire sa cuisine, son linge, se laver. Elle est logée même si elle a été victime d’un brigand.

Je commence à espérer qu’elle retrouve des forces et puisse reprendre un travail dans l’enseignement, retrouver une indépendance financière un jour. Cependant, elle a des sortes de végétations qui poussent dans ses deux narines et qui les obstruent totalement. Elle va sans doute devoir être opérée.

En tous cas, les dépenses sont stabilisées à 104,90 € par mois.

Bilan financier :

Cette année, ce sont 13 personnes qui ont donné pour soutenir ces personnes à Madagascar (7 maintenant avec les sœurs du Prado + 3 Marie + 1 Ainah) et au Mozambique (8 maintenant). J’ai aussi reversé ce qui m’a été donné chaque fois que j’ai prêché une retraite, sachant que ceux qui m’avaient fait venir ont donné fortement dans la perspective de ce soutien. J’ai ainsi reçu 6 003,40 € en 2018. Grand merci !

Le tableau suivant vous permet de voir qu’en 2018, j’ai dépensé 17 461 € soit plus que ce que je prévoyais fin 2017 (10 200 €) mais bien moins que ce que j’avais dépensé en 2017  (26 783 €). J’arrive à aller vers un soutien qui corresponde plus à mes moyens et, grâce à vos aides, j’ai pu n’abandonner personne en route. Je peux espérer tous les voir tous grandir et aller vers une autonomie un jour. Grand, grand merci à chacun.

Pour l’année 2019, je viens de verser 4 047 € au Mozambique en espérant que cela assurera 6 voir 8 mois. J’ai reçu un don de 700 € compté sur 2019. Normalement, je devrais atteindre un niveau de partage raisonnable et que je puisse assumer grâce aux aides des uns et des autres: 13 000 €.

Tous ceux et celles que j’aide répètent sans cesse qu’elles prient pour vous. Je vous remercie aussi et continue à compter sur ceux d’entre vous qui le peuvent.

7 jeunes Ainah Befeta Mozambique total donné dons reçus Bruno
2016 3650 0,00 0,00 17 382 21 032 6 462 -14 570,30
2017 3 912 3 875 672 18 323 26 783 3 817 -22 966
2018 3068 1 676 514 12 202 17 461 6 003 -11 457
2019 3115 2498 734 14 141 20 488 12187 -8301

Si vous étiez inquiets sur ce point, tout ce que j’ai reçu ces trois dernières années a été reversé et je ne me suis pas enrichi personnellement…

Pour faire parvenir les dons :

En faisant un chèque à l’ordre de « Bruno Cadart »

en l’adressant à

Père Bruno Cadart,
Paroisse Saint Jean XXIII
9, rue Rabelais,
94430 Chennevières-sur-Marne
07 83 59 91 67

Un très grand merci !

Les jeunes de Madagascar et ceux du Mozambique vous remercient aussi et prient pour vous. Je vous adresse aussi tous mes remerciements et vous assure de ma prière. Très fraternellement !

Père Bruno Cadart

Ce contenu a été publié dans Soutenir la mission du Père Bruno Cadart. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *