Courrier aux donateurs du 17 octobre 2013 avec bilan actualisé au 31/12/2103

Chers amis qui soutenez matériellement ma mission à Madagascar,

Depuis mars 2010, à un moment ou à un autre, vous ou le groupe que vous représentez, ou un parent à vous qui n’a pas internet, avez fait un don matériel en nature ou en argent pour soutenir la mission à Befeta, sans parler de votre soutien amical ou dans la prière. Vous l’avez fait, soit spontanément, soit quand il y a eu un appel pour le Centre de promotion rurale d’Ikalalao, soit à l’occasion de la souscription pour le livre sur l’alcool.

Au moment où je viens de recevoir une subvention d’Aide à l’Eglise en Détresse, où plusieurs d’entre vous ont fait des dons lors de mon passage en France, où nous améliorons l’équipement en panneaux solaires, je tiens à vous renouveler mes remerciements et à rendre compte de ce que j’ai reçu et de ce qui a été fait avec vos dons.

Pour ceux qui ont souscrit pour le livre et qui tiennent à ce que le don soit pour le livre, vos dons permettront de combler les frais de traduction et d’intervention et de donner nombre d’exemplaires gratuitement comme par exemple à l’ensemble des jeunes du Centre d’Ikalalao, aux catéchistes de Befeta, aux séminaristes de Tulear, sans quoi ils ne se le procureraient pas, et de pouvoir réimprimer quand le stock sera épuisé..

Point sur la diffusion du livre sur l’alcool (copie courrier à « Aide à l’Eglise en Détresse »)

Je vous donne des nouvelles des actions menées en commençant par rappeler ce que je vous avais déjà partagé dans mon précédent courrier :

  • Il y a d’abord eu une demande de formation pour les prêtres de mon diocèse le 8 décembre, alors que le livre n’avait pas encore été imprimé. Deux prêtres de l’équipe de prêtres zéro alcool de Fianarantsoa qui luttent contre cette maladie ont osé témoigner devant les autres.
  • J’ai pu le présenter à Radio Dom Bosco qui a diffusé l’interview dans tout Madagascar. Il y a eu une deuxième interview à la radio diocésaine de Fianarantsoa.
  • Il y a eu un article de présentation dans le journal diocésain et sans doute dans le journal catholique national hebdomadaire « Lakroa (La Croix) de Madagascar ». Mais je ne l’ai pas vu s’il a été publié.
  • Des gens déjà sensibilisés à la question ont commencé à venir me voir et à prendre des livres pour les diffuser. Une sœur infirmière de notre diocèse a pris le montage power point qui correspond au livre pour le diffuser dans la salle d’attente de son dispensaire et est partie avec un stock de livres. Elle l’a présenté à la rencontre diocésaine des religieuses infirmières.
  • Les membres du Conseil des prêtres du Prado et des Sœurs du Prado de Madagascar et d’autres communautés ont demandé à avoir des livres en dépôt pour les diffuser dans leurs régions et devraient me demander de venir visiter leurs diocèses.
  • En juin, je suis intervenu au séminaire de propédeutique et ai offert 42 livres aux séminaristes. Le recteur du séminaire a présenté mon livre devant les prêtres du diocèse et en a vendu 31.
  • Le 4 mai, le Père Bernard de la paroisse de Sambava me disait sa joie d’avoir cet outil et il l’avait présenté en détail devant les catéchistes et professeurs de sa paroisse rurale.
  • J’ai fait le même travail et offert le livre à l’ensemble des catéchistes et professeurs de notre paroisse ainsi qu’aux 50 jeunes sessionnistes du centre de promotion rurale d’Ikalalao.
  • Samedi 27 avril, un jeune s’est approché de moi alors que je traversais le marché d’Ambohimahasoa et s’est présenté car je ne le reconnaissais pas. Il s’agissait de M, venu quelques fois au centre de promotion rurale d’Ikalalao. Il n’était pas là lors de la session de février 2012 au cours de laquelle j’avais donné une formation sur l’alcool, la même qui est maintenant imprimée, puis demandé qui serait prêt à devenir « prophètes » à quitter l’alcool ou à choisir l’abstinence pour ne pas tomber et pour aider d’autres à se relever. Les 9 gars présents se sont portés candidats à ma grande surprise, et je leur ai proposé de recevoir le sacrement des malades à la messe du lendemain matin. Un mois après, M arrive et me demande du but en blanc :

– « Est-ce que je peux aussi recevoir le sacrement des malades comme les autres ? »

– « Ils t’ont raconté ? »

– « Oui, et je suis souvent ivre, je n’arrive pas à m’en sortir. »

3 autres s’étaient joints à lui qui n’étaient pas là en février. Ce samedi, je retrouve M, donc, et il me dit :

– « Cela fait depuis mars (2012) que je tiens. J’ai même arrêté de gagner de l’argent en allant chercher du Toaka Gasy (Rhum) sur la Côte pour le revendre ici. »

  • Le 27 mai, j’ai été invité par JM, catéchiste a bénir sa maison à laquelle il venait d’ajouter un étage. Vers avril 2011, je lui avais donné le sacrement des malades alors qu’il était hospitalisé avec une grave plaie à la tête suite à un coup de faucille. Il était ivre et celui qui l’avait blessé aussi. Depuis, il était devenu abstinent. J’ai célébré la messe chez lui en présence des habitants du hameau de 5 maisons. Il y avait 70 personnes dont une vingtaine d’adultes. Pendant l’homélie, faisant le lien avec un miracle dans l’Evangile, je demande qui s’est libéré de l’alcool et 4 doigts se lèvent : JM, son père, son frère ainsi que sa femme. Je dis alors que peut-être, il y a d’autres gens qui sont malades de l’alcool et une adolescente répond : « be dia be mompêra ! » (beaucoup mon père). Je signale que je donnerai le sacrement des malades à la fin de la messe à ceux qui ont déjà pris le chemin de l’abstinence et que si d’autres le souhaitent, ils pourront s’avancer aussi. Sur 20 adultes présents, 14 se sont avancés, moitié hommes, moitié femmes.
  • Le 28 mai, un autre catéchiste avait réuni 20 adultes dans une Eglise et 14 ont reçu le sacrement des malades en s’engageant non pas à ne pas boire, car j’alerte sur le fait qu’ils ne sont pas sûrs d’y arriver, mais à lutter contre.
  • Le 3 août, j’ai eu un temps de rencontre avec des Sœurs du Prado à Fénérive (Côte Nord Est) et ai laissé un stock de livres. Elles sont très sensibles à ce problème.
  • Le 18 août, à la fin de la messe en plein air qui concluait une mission, 21 personnes se sont avancées devant tout le monde.
  • Ici ou là, comme une Petite Sœur de l’Assomption venue me rencontrer le 16/10, des gens utilisent le livre pour sensibiliser des gens individuels ou des groupes.
  • En passant rencontrer le responsable des missionnaires français au siège de l’épiscopat français, il a dit combien ce problème touchait nombre d’autres pays et j’ai laissé les fichiers word et power point en français pour qu’ils servent ailleurs.
  • En janvier, je prêcherai la retraite des prêtres des diocèses de Farafangana et Mananjary qui se terminera, à la demande des deux évêques, par un temps de formation sur la maladie alcoolique.

Voilà : ce sont des gouttes d’eau, mais il n’y aurait qu’une personne à se relever, ce serait déjà un beau fruit de votre aide. Votre don m’a aidé à avancer sur ce chemin et je vous en remercie encore. Soyez sûrs de ma prière. Très fraternellement

C’est le meilleur merci que je puisse vous adresser.

Autres réalisations avec vos dons depuis 3 ans :

Depuis 3 ans, les autres dons (et ceux versés pour l’alcool pour ceux qui ne voient pas d’inconvénient à ce qu’ils soient destinés à d’autres actions) ont permis :

– l’aide à l’achat ou le don de 445 Nouveaux Testaments (7 000 Ar / PU) et de 93 bibles (15 000 Ar PU) et je vous renvoie au site pour percevoir l’enjeu de cette diffusion et de la fondation des « Fiangonana Fototra ».

– l’installation de 2 panneaux solaires à Befeta, 2 à Isaka, 4 à Ikalalao, ce qui a transformé nos possibilités de rencontres de groupes et de travail pour moi avec l’ordinateur. Ce mois-ci, nous installons le 4ème panneau à Ikalalao et nous augmentons le nombre de batteries à Ikalalao et à Isaka.

– le soutien de jeunes en difficultés pour étudier, dont plusieurs en recherche de vocation.

– de multiples améliorations à notre vie quotidienne car nous sommes arrivés dans une paroisse en déficit important et j’ai payé sur mon argent nombre d’éléments de base (gazinière, etc.). J’ai renoncé aux revenus venant de la paroisse et auxquels j’ai droit (quêtes notamment) du fait de la situation financière de celle-ci et je vis avec les 100 000 Ar par mois des honoraires de messe et les 400,00 € mensuels d’aide que me donne le Prado qui m’aident à assurer toutes mes dépenses y compris le voyage vers la France. Cela permet à la paroisse de porter d’autres projets comme la construction d’un collège à Befeta. Il m’arrive de demander et recevoir telle ou telle aide car cela ne me permet pas vraiment de boucler. Je suis par exemple incapable d’assurer les frais d’une retraite suivie en France qui est prise en charge par le Prado. C’est d’ailleurs la première fois que je fais cette expérience de manquer et de devoir demander, tout en ne m’étant jamais ressenti aussi riche, quand je compare avec ceux avec qui je vis, à commencer par les prêtres malgaches dont pourtant j’essaie de vivre dans des conditions aussi proches que possibles des leurs.

Vous avez été 46 donateurs individuels, équipes ou institutions, qui m’avez aidé ou êtes en train de faire une action pour soutenir la mission ici. Il y a aussi tous ceux qui ont partagé à l’occasion des 70 ans de Jean-Pierre Roche

Dans ce compte-rendu, ne figure pas l’aide apportée par l’Association « Terre de Partage » déjà remerciée précédemment (cf. site internet) et qui vient de construire un atelier de menuiserie à Ikalalao.

Vous trouverez ci-après un tableau chiffré des entrées et sorties au 31/12/2013 depuis mon arrivée ici:

Bilan 2010 à 2013 avec cours de l’euro au 28/12/2013

Total don reçu (don 2 000 Aide à l’Eglise en Détresse) 19 319,83 €
Impression livre sur l’alcool 2 080,09 €
dons divers: aides ponctuelles à des gens en difficultés 635,35 €
soutien à des jeunes cherchant à étudier dont plusieurs en recherche de vocation 609,69 €
dons en tous genre paroisse 832,53 €
installation panneaux solaires dans les 3 centres 11 131,03 €
différence achat livres et ventes (Nouveau Testament, bibles, apprendre à lire, etc 1 523,98 €
Total des dépenses 16 812,67 €
Solde 2 507,15 €

Au 30/12/2013, le solde entre les dons et les dépenses est positif de 2 507,15 €. Il me reste à voir comment utiliser cette somme au mieux.

C’est pour la mission au service des prêtres du Mozambique que j’ai des besoins. Je vais certainement y retourner l’an prochain et de manière régulière. J’ai rencontré là-bas une Eglise Diocésaine qui a souffert mais qui cherche à trouver sa route. Des prêtres ont demandé à fonder le Prado. Bien que le Mozambique soit juste en face de Madagascar, les frais de voyage sont chers (plus de 1 500,00 €). Il y a aussi le projet d’édition de l’histoire du Prado de Madagascar écrite pas le Père Berthelon en malgache. Nous avons aussi besoin de soutien pour couvrir une part des dépenses des sessions nationales.

A Madagascar, au Mozambique, dans des pays où il n’y a plus d’état digne de ce nom, où la corruption et le mensonge gangrènent toute la société et forcément un peu l’Eglise qui vit dans ce monde difficile, soutenir des prêtres pour qu’ensemble nous nous entraidions pour nous lier le plus possible au Christ et aux pauvres, c’est aussi une manière de lutter contre la pauvreté.

Au moment de faire le bilan, je suis impressionné par tout le soutien reçu de vous. Un immense merci.

Soyez sûr de mon amitié et de ma prière. Très fraternellement.

Père Bruno Cadart

Ce contenu a été publié dans Soutenir la mission du Père Bruno Cadart. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *