Synode sur la Parole de Dieu: Résumé de la déclaration finale  (Rome 26 octobre 2008)

Synode sur la Parole à Rome – Octobre 2008
« Prends et mange la Parole de Dieu »
Présentation résumée de la déclaration finale

La Parole de Dieu a une voix (la Révélation), un visage (le Christ), une maison (l’Eglise), une chemin (la Mission)

Au mois d’octobre, a eu lieu une rencontre d’évêques du monde entier, auxquels se sont joints des représentants d’Eglises de la Réforme, Orthodoxes, Juifs. Des laïcs, religieux et religieuses ont aussi participé. Ils ont réfléchi sur la Parole de Dieu dans la vie des chrétiens.

Au terme de ce Synode, le dimanche 26 octobre 2008, ils ont envoyé une très belle « Déclaration » à tous les chrétiens. Ils ont insisté pour dire que la Parole de Dieu ne se réduit pas au texte de la Bible, que ce n’est pas un texte mort, mais Dieu lui-même qui parle à celui qui ouvre son cœur en lisant, dans la prière, la Bible.

Voici un résumé de cette déclaration qui comprend 4 parties :

1. La voix de la Parole : la Révélation

Ici, les évêques méditent sur Dieu qui crée le monde par sa parole : « Dieu dit : que la lumière soit, et la lumière fut. » Nous savons que ce verset ne parle pas d’abord de ce qui s’est passé il y a des milliards d’années, mais nous ouvre à Dieu qui parle aujourd’hui, qui en s’adressant au cœur de l’homme, nous crée, permet à la lumière d’éclairer nos vie, quand nous ouvrons les oreilles du cœur à sa Parole. La déclaration médite sur la création qui parle du Créateur. Elle parle de l’homme qui peut dialoguer avec Dieu, de Dieu qui entend les cris de son peuple opprimé en Egypte et qui vient le libérer. Elle parle de la Parole de Dieu qui s’est faite « texte écrit », avec la Loi de Moïse gravée sur des pierres et de l’Esprit Saint qui nous aide à lire la Bible, à ne pas rester à un texte écrit, mort, mais à rencontrer Dieu vivant qui parle à chacun de ceux qui lit la Bible, en se laissant éclairer par l’Esprit Saint.

2. Le visage de la Parole : Jésus Christ

Dans ce paragraphe, les Pères méditent sur le « Verbe – la Parole – qui s’est fait chair », qui se fait présent en Jésus Christ. Maintenant, Dieu invisible s’est rendu visible, est né dans une culture, a révélé l’amour du Père. Toute la vie de Jésus est Parole de Dieu. La déclaration insiste sur le fait que toute la Bible se dit dans une langue humaine, une culture. Aussi, il est indispensable de ne pas faire une lecture littérale, mais d’interpréter à partir de la connaissance que nous avons de cette culture, de l’histoire. Les Pères insistent sur l’importance de lire chaque passage à la lumière de l’ensemble de la Bible et, surtout à la lumière du Christ, sinon, nous tombons dans une lecture fondamentaliste. Les Pères insistent sur le fait que la finalité de la connaissance de la Bible n’est pas une finalité morale ou une grande idée, mais la rencontre avec la personne du Christ qui ouvre un nouvel horizon pour notre vie.

3. La maison de la Parole : l’Eglise

C’est à l’Eglise que les paroles de Jésus ont été confiées et qu’a été donnée la responsabilité d’annoncer l’Evangile. C’est avec la mission d’annoncer l’Evangile à tous les hommes que l’Eglise a été fondée. C’est par la Parole que l’Eglise s’est agrandie. C’est en Eglise que nous recevons la Parole : dans la catéchèse, les célébrations, en particulier lors des homélies, moment capital de rencontre avec la Parole de Dieu où la Parole se reçoit aussi bien par l’intelligence que par le cœur et qui précède un autre moment capital d’accueil de la Parole de Dieu : le récit de la Dernière Cène au cours de la consécration du pain et du vin, du corps et du sang du Christ. La liturgie de la Parole et de l’Eucharistie sont un seul et même acte de culte.

Le troisième pilier de l’édifice spirituel de l’Eglise, « Maison de la Parole », c’est la prière des psaumes, la lecture priante de la Parole (Lectio Divina), à faire en premier lieu en famille, mais aussi dans les Cercles Bibliques, les communautés. Marie, mère de Jésus, gardait tout précieusement dans son cœur et méditait, ainsi que Marie, sœur de Marthe, assise aux pieds du Seigneur à l’écoute de sa Parole, sont des modèles pour nous de l’Eglise « Maison de la Parole de Dieu ».

Il ne suffit pas d’écouter la Parole, il faut la mettre en pratique, vivre la communion fraternelle et la charité. Ainsi, la Parole de Dieu doit se tourner visible et lisible sur le visage et dans les mains de celui qui croit, dont la vie doit devenir un Evangile vivant. En entrant dans la « maison de la Parole », nous rencontrons des frères d’autres Eglises (réformées, orthodoxes).

4. Les chemins de la Parole : la Mission.

La parole doit sortir du Temple pour aller à la rencontre des hommes, dans les maisons, sur les places du monde moderne et sécularisé, qui a faim et soif non seulement de pain et d’eau, mais aussi d’entendre la Parole de Dieu. De là la mission évangélisatrice de l’Eglise. « Allez, enseignez toutes les nations, baptisez les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, leur apprenant à vivre tous les commandements que je vous laissés » (Mt 28,19-20). Nous devons utiliser les moyens modernes de communication et savoir parler en paraboles et par le témoignage dans la langue des hommes d’aujourd’hui.

« La famille, dont les murs contiennent les joies et les douleurs, qui forment un espace fondamental dans lequel doit entrer la Parole de Dieu ». Toute la Bible présente des familles qui se nourrissent de la Parole de Dieu. La transmission de la Parole de Dieu se fait en premier lieu au sein de la famille, de génération en génération. « Aussi, chaque famille doit avoir sa Bible, la garder avec soin, la lire, prier avec elle ; la famille doit proposer des formes et des modèles d’éducation priante, … afin que garçons et filles, personnes âgées avec les enfants (Ps 148,2), écoutent, comprennent, louent et vivent la Parole de Dieu. en particulier, les nouvelles générations doivent être les destinataires d’une pédagogie appropriée et spécifique qui les conduise à éprouver la fascination pour la figure du Christ, qui ouvre la porte de leur intelligence et de leur cœur, y compris par la rencontre du témoignage authentique d’adultes, l’influence positive d’amis et la grande compagnie de la communauté ecclésiale. »

Il est nécessaire de semer largement la Parole, sur tous les terrains, d’aller à la rencontre des exclus, de ceux qui souffrent beaucoup pour qu’ils puissent se laisser toucher par le visage du Christ Souffrant et desquels nous devons nous approcher pour annoncer la Parole d’Espérance du Christ par notre partage avec eux. La Parole de Dieu nous conduit à la rencontre des Juifs avec lesquels nous partageons l’Ancien Testament. Elle nous conduit à la rencontre des hommes de toute religion ou athées, sans tomber dans le syncrétisme, à la rencontre du monde de l’art, de la science, de la pensée. Nous devons accueillir la Parole de Dieu présente au cœur des cultures, mais aussi évangéliser les cultures.

Conclusion :

« Puis la voix du ciel, que j’avais entendue, me parla de nouveau : ‛Va prendre le petit livre ouvert dans la main de l’Ange debout sur la mer et sur la terre’. Je m’en fus alors prier l’Ange de me donner le petit livre ; et lui me dit : ‛Tiens, mange-le ; il te remplira les entrailles d’amertume, mais en ta bouche il aura la douceur du miel’. Je pris le petit livre de la main de l’Ange et l’avalai ; dans ma bouche, il avait la douceur du miel, mais quand je l’eus mangé, il remplit mes entrailles d’amertume » (Ap 10, 8-11).

Résumé fait par Bruno Cadart

Note: Comme les autres synodes, celui-ci sera suivi par une exhortation apostolique post synodale « Dei Verbum » (La Parole de Dieu) du Pape Benoit XVI

 

Ce contenu a été publié dans Documents d'Eglise présentés ou sous-titrés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *