« Aller voir Jésus dans l’Evangile » – Edito « Le Paroissien » (Journal paroissial de Guaçuí) Février 2006

Chers paroissiens,

Lors de notre assemblée paroissiale du 18 décembre, nous avons commencé notre rencontre en méditant l’Evangile de Noël pour chercher ensemble des indications pour cheminer cette année.

Dans cet Evangile de la naissance de Jésus, on voit les bergers qui vont voir Jésus, qui écoutent la parole de Dieu transmise par les anges. Le jour de l’Epiphanie, on voit aussi les mages aller voir Jésus, s’en retourner par un autre chemin, c’est-à-dire qu’ils ont été transformés par la rencontre de l’enfant Jésus et de sa mère, Marie.

Durant cette assemblée, à partir de cette méditation de l’Evangile, nous avons vu que nous devions nous aussi aller voir Jésus, aller voir Jésus dans sa parole, dans l’Evangile, aller voir Jésus dans la rencontre des hommes, en particulier des plus pauvres.

Au début de cette année, si nous avions des vœux à vous faire, pour vous et pour nous prêtres, ce serait, tout au long de l’année, nous entraider à aller réellement « voir Jésus dans l’Evangile ».

Combien de catholiques qui ne vont jamais voir qui est Jésus, ce qu’il fait, ce qu’il dit, comment il aime ! L’autre jour, nous avons été visiter quelqu’un qui était resté éloigné de l’Eglise durant des années. Il a eu un problème de santé sérieux, une jambe amputée et il est revenu à la foi. La personne qui nous a conduit chez lui pour le visiter a dit : « C’est sans doute Dieu qui lui a envoyé cette maladie pour le faire réfléchir… »

Que pensez-vous de cela ? Serait-il digne d’un Dieu d’amour de provoquer une maladie grave pour forcer quelqu’un à revenir à l’Eglise ? Vous qui aimez vos enfants, feriez-vous cela ? Où pouvons-nous voir un tel sentiment de Jésus dans l’Evangile ? Nulle part.

Comment pourrons-nous témoigner, parler dans l’Esprit de Jésus, avoir ses sentiments, son regard, son écoute, agir comme lui, sans aller chaque jour « voir Jésus dans l’Evangile » ? Comment suivre le Christ sans regarder avec précision, qui il est, ce qu’il dit, ce qu’il fait. Regardant Jésus dans l’Evangile, nous pourrons mieux le connaître ; le connaissant mieux, nous pourrons mieux l’aimer ; l’aimant mieux, nous pourrons le suivre plus réellement, le faire connaître, comme les bergers revenant de Bethléem en rendant grâce à Dieu et en racontant tout ce qu’ils avaient vu et entendu.

Beaucoup pensent ne pas être capables de lire et comprendre l’Evangile. Nous allons nous aider à dépasser notre peur. Nous ne mentons pas quand nous disons que ce sont ceux qui ont le moins été à l’école, et même des personnes qui ne savaient ni lire, ni écrire, qui nous ont enseigné l’Evangile, parce que ces personnes ont une capacité extraordinaire pour accueillir Jésus dans l’Evangile par l’intelligence du cœur.

Nous vous proposons de ne plus débuter de rencontre de chrétiens (liturgie, chapelet, musique, etc.) sans commencer par un temps de méditation de l’Evangile du jour. Nous vous proposons encore de faire le maximum pour venir aux célébrations des communautés de base, aux messes, en ayant déjà lu l’Evangile du jour, en ayant choisi une ou deux paroles, de cet Evangile, qui vous parlent plus, qui retiennent plus votre attention, qui peuvent être « paroles de vie » pour vous. Pour vous tous, mais en particulier à ceux d’entre vous qui avez une responsabilité (ministre de l’eucharistie, de la parole, coordinateurs des communautés de base, etc.), pourquoi ne pas vivre cela en famille, à la maison ?

Ce que nous vous proposons, c’est de lire le texte une fois à voix haute, dans un climat de prière. N’oublions pas que nous ne sommes pas devant un texte, mais en présence de Jésus qui veut nous parler aujourd’hui à chacun de nous. Après, chacun lit le texte de nouveau, en silence, plusieurs fois, jusqu’à choisir une phrase qui le touche plus. Ensuite, chacun dit la phrase qu’il a choisie, éventuellement explique brièvement pourquoi il l’a choisie. L’important, c’est de commencer par dire la phrase telle qu’elle est écrite dans l’Evangile. On écoute chacun parler à tour de rôle, sans débattre, tout cela dans un climat de prière.

Pour cela, à partir de ce numéro du « Paroissien », nous indiquons les références des Evangiles de chaque jour. Si vous ne savez pas comment trouver la lecture à partir des références, demandez de l’aide. Nous n’arriverons pas à vivre cela d’un coup. Mais, ensemble, avec la force de l’Esprit-Saint, nous aidant les uns les autres, nous irons voir Jésus dans son Evangile et reviendrons transformés. Ainsi, nous deviendrons ensemble, prêtres, diacres, sœurs, laïcs, chaque jour plus véritables disciples et apôtres de Jésus-Christ.

Comme le dit le Père Chevrier, fondateur du Prado : « A quoi sert l’Evangile si nous ne l’étudions pas, ne le lisons pas ? »

Père Juarez et Bruno

Ce contenu a été publié dans Brésil, Parole de Dieu. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *